Récit de mon séjour à Nikko – Dernière partie

Retour au calme de Nikko, après l’agitation de ces derniers jours pour cause de Japan Expo :)

Après une première nuit passée à Nikko, et la visite du Tosho-gu, je poursuis donc mes visites à Nikko.

P1030791.JPG

 Je poursuis donc mes visites par le sanctuaire Futurasan-jinja, que je rejoins en traversant un joli tôri. C’est dans l’enceinte de ce sanctuaire que se déroule chaque année le Yayoi Matsuri (una parade de chars fleuris provenant des différents quartiers de Nikko). Malheureusement celui-ci est partiellement en travaux et je ne m’y attarde pas.

P1030792.JPG

La Nioh-mon

J’arrive ensuite au Taiyu-in, le mausolée dédié à Tokugawa Ietsuna, le petit-fils de Tokugawa Ieyasu. Celui-ci est orienté de façon à faire face au Tosho-gu. On pénètre dans ce mausolée en franchissant une première porte gardée par les ni-oh, deux gardiens protecteurs placés à l’entrée des temples bouddhiques japonais. L’un prononce le son « A » avec la bouche ouverte, symbole du commencement, car c’est le premier cri que l’on pousse; et l’autre prononce le son « Um » la bouche close, symbole de la fin, car c’est le dernier cri que l’on pousse.

En montant quelques marches d’escaliers on arrive alors à la deuxième porte, la Niten-mon, qui est la plus imposante et dont le nom signifie « porte des dieux ». Je n’ai pas pris de supers photos de cette porte, ça me donne donc une bonne excuse pour revenir un jour ^^

P1030794.JPG

la Niten-mon

P1030802.JPG

allée de vieilles lanternes devant la Niten-mon

On arrive ensuite à la Yasha-mon, une jolie porte ornée d’arabesques, et qui comporte 4 sculptures de diablesses, chacune d’une couleur différente exprimant l’Est, l’Ouest, le Sud, et le Nord.

P1030801.JPG

La Yasha-mon

P1030795-copie-2.jpg

Diablesses de la Yasha-mon. (La diablesse verte me rappelle beaucoup le personnage Blanka de Street Fighter, c’était sûrement leur inspiration de base)

P1030799.JPG

petite allée en sortant du mausolée

En sortant de ce mausolée, je constate qu’il me reste encore toute l’après-midi à occuper. En suivant les conseils de mes logeurs, je décide d’aller au lac Chuzenji-ko qui se trouve à 30km au nord-ouest de Nikko, et à 1269 mètres d’altitude. Après 50 minutes de bus sur des routes sinueuses de montagnes j’arrive enfin là-bas, où il fait super froid. Il a même neigé l’espace d’un instant.

En sortant du bus je me précipite à la recherche d’un endroit bien au chaud où manger. Je trouve un petit restaurant sympathique où il n’y a pas grand monde et je commande des tempura udon, que je déguste en compagnie d’un shônen jump à disposition des clients (magazine hebdomadaire de publication de mangas, très peu cher).

En sortant il fait toujours aussi froid, mais au moins j’ai le ventre plein. La première curiosité touristique du coin est une cascade. Sympa, mais j’en ai vu des plus belles.

P1030807.JPG

Ensuite je me dirige vers le fameux lac, et sur le chemin je fais une agréable rencontre, avec des singes en semi-liberté. Enfin ils sont totalement libres de leurs mouvements, mais comme ils ont un logement et de la nourriture à disposition ils ne s’échappent pas.

P1030817.JPG

P1030823.JPG

Après être resté un bon moment à observer ces singes, j’arrive enfin au fameux lac, le lac Chuzenji-ko,  qui était le but de mon déplacement.

P1030827.JPG

P1030828.JPG

P1030831.JPG

Il n’y avait pas grand monde. En réalité, j’étais tout seul à me balader le long du lac ^^ Avec ces pédalos et bateaux rouillés en formes de cygnes entreposés sur la plage, ça faisait un peu décor de Silent Hill. C’était manifestement pas la haute saison touristique pour cet endroit.

Le long du lac, il y avait de nombreuses villas dont … l’ambassade de France ! On ne se refuse rien :)

Ensuite je suis retourné à mon hôtel où m’attendait un bain chaud et un délicieux repas.

Et voilà donc pour mon petit séjour à Nikko.

Récit de mon séjour à Nikko – Deuxième partie

Après une première nuit passée à Nikko, commencent donc les choses sérieuses avec les visites. Les sanctuaires de Nikko se trouvent au sommet d’une petite colline boisée, et on y accède généralement en passant devant le pont Shin-kyo.

P1030699

 Après une petite ascension sur la colline, on est acceuilli par cette statue, qui marque l’entrée de la zone payante avec tous les temples et sanctuaires.

P1030700.JPG

La visite du site commence par le temple Rinno-ji, en restauration lors de mon passage, donc je ne m’y suis pas trop attardé et se poursuit par le Tosho-gu, le sanctuaire qui vaut à Nikko son classement au patrimoine mondial de l’humanité. Le sanctuaire, qui comprend 42 bâtiments dont 29 décorés de sculptures, est dédié à Tokugawa Ieyasu, le fondateur du shôgunat au Japon. Quelques chiffres pour bien réaliser l’ampleur du site: 140000 arbres abattus, 5173 scupltures réalisées, 15000 artisans sollicités pendant dix-sept mois…

P1030712.JPG

Pagode à 5 étages à l’entrée du site, dressée en 1650, et conçue pour résister aux tremblements de terre.

P1030717.JPG

Ce que l’on découvre en franchissant la première porte Omote-mon.

P1030721.JPG

Le kaikinko, un entrepôt sacré avec des sculptures d’éléphants, qui sert pour le matsuri annuel

P1030731.JPG

La fameuse sculpture des trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains : le premier les yeux, le deuxième les oreilles  et le troisième la bouche. « Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal ». À celui qui suit cette maxime, il n’arrivera que du bien.

P1030736.JPG

Le Rinzo, une bibliothèque sacrée renfermant un peu plus de 6000 sutras.

P1030725.JPG

L’escalier qui mène au Yomei-mon, le « portail de la lumière du soleil »

P1030753.JPG

P1030752.JPG

Le Yomei-mon, un portail d’une richesse époustouflante avec 508 sculptures représentant animaux fantastiques, dragons… Seuls les plus grands daimyo (seigneurs de guerres) avaient le droit de passer pour gagner le coeur du sanctuaire, et seulement après avoir déposé leurs sabres.

P1030745.JPG

P1030763.JPG

On découvre une nouvelle cour passé la porte sacrée (ici à gauche de la photo)

P1030761.JPG

des bonbonnes de saké entreposées

P1030766.JPG

Le fameux Nemuri-neko « Le chat endormi », qui nécéssite un supplément. Emmenez vos jumelles car ce n’est pas très gros ^^

P1030782.JPG

En passant sous le chat endormi, on accède à un petit chemin ombragé à travers la forêt, parfois recouvert de mousse, et qui nous conduit au tombeau de Tokugawa Ieyasu.

P1030773.JPG

C’était très paisaible quand j’y suis allé, j’ai bien aimé l’atmosphère.

P1030777.JPG

P1030778.JPG

le tombeau de Tokugawa Ieyasu

P1030779

Un employé du sanctuaire, en pleine activité de repositionnement de cailloux :)

Et voilà donc pour cette première visite, très riche en découvertes. Mais Nikko réserve encore quelques surprises, que j’aborderai dans ma troisième et dernière partie consacrée à Nikko.

Récit de mon séjour à Nikko – Première partie

Lors de mon dernier voyage au Japon, afin de me changer de l’atmosphère électrique de Tokyo, j’avais décidé de passer 2 jours à Nikko. Et bien ce changement d’atmosphère je l’ai bien eu ! ^^

P1030686.JPG

 Tout commence donc avec un trajet en Shinkansen d’une petite heure de Tokyo jusqu’à Utsunomiya, en tout début d’après-midi. J’achète un bento directement sur le quai de gare pour passer un peu le temps. C’est froid, mais c’est pas mauvais. En tout cas à des années lumières des sandwichs TGV :)

P1030687.JPG

 A Utsunomiya, changement pour une ligne locale, dans un petit train quasiment vide. Seules quelques personnes agées et quelques écoliers en uniformes se trouvent dans le train. Certains somnolent ou dorment profondément et je me demande comment ils font pour toujours se réveiller juste avant leur station d’arrivée. Je les soupçonne d’aller parfois jusqu’au terminus sans le vouloir :) Après une petite heure de trajet, j’arrive enfin à Nikko, petite ville en campagne située au pied de montagnes et au milieu de forêts de cèdres et de pins.

Arrivé à la gare de Nikko, je rejoins donc directement à pied mon hôtel qui se trouve un peu excentré à flanc de colline et en lisière de forêt. J’arrive donc dans cet hôtel/ryokan et un couple de personnes agées très sympathique m’acceuille, j’apprends alors que je suis le seul client ! ^^ Après un bon bain chaud traditionnel avec vue sur la forêt, je rejoins la salle à manger, qui est en fait leur salon. Un réchaud à gaz réchauffe un peu la pièce, car il faisait assez froid.

Et là c’est un vrai bonheur, tout est délicieux. とてもおいしい!

P1030691.JPG

une sorte de truite locale grillée :

P1030692-copie-1.JPG

Pour me faire plaisir, comme ils savent que je suis français, ils mettent un cd de George Moustaki, qui est un de leur chanteur préferé.

Bref j’étais seul dan un hôtel vide, au milieu de la forêt à flanc de colline, à manger de la nourriture délicieuse en écoutant du Moustaki…en plein coeur du Japon ! Je voulais un changement d’atmosphère, je l’ai eu ^^

Le lendemain matin, le temps était magnifique et j’ai enfin pu attaquer les visites.

P1030695