Enoshima: À la recherche du temps perdu

IMG_4911Enoshima fait partie de ces lieux où je prends toujours un réel plaisir à aller, années après années. Un peu à la manière d’une madeleine de Proust, y penser m’évoque de nombreux bons souvenirs dont certains remontent à mon tout premier voyage au Japon. Qu’y a-t-il de si intéressant à voir sur cette minuscule île me direz vous? Difficile à dire… D’ailleurs ce n’est même pas une île mais une presque île, quelle banalité! Je vais toutefois essayer de vous donner quelques pistes.

Lire la suite

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Dernière partie

P1030628.JPG

 Et voici la dernière partie de ma journée à Kamakura. Celle ci commence par la visite du temple Hase-dera, qui offre un joli point de vue sur la baie de Kamakura. Pour rejoindre ce temple il suffit de marcher quelques minutes à partir de la gare d’Hase.

P1030624.JPG

 Ce temple bouddhiste de la secte Jodo a été fondé en 736 par Fusaki Fujiwara. Le temple abrite une très grande statue en bois de Kanon dont l’histoire est intéressante. Selon la légende un moine a découvert en 721 un très grand camphrier dans la forêt près du village de Hase. Le tronc était si grand qu’il permettait de sculpter deux statues de Kanon à huit têtes; les deux statues furent donc sculptées. On envoya une des deux dans un temple à Sakurai dans la préfecture de Nara, et l’autre fut jetée en pleine mer en faisant voeu que la statue réapparaisse pour sauver le peuple. Et c’est 15 ans plus tard que la deuxième statue s’échoua sur une plage non loin de Kamakura. On construisit alors un temple en son honneur à Kamakura, le Hase-dera, où la statue repose encore actuellement.

P1030622.JPG

la vue que l’on a sur Hase (le nom d’un quartier de kamakura) et la baie de Kamakura

P1030629.JPG

de belles petites vagues de l’océan pacifique

P1030630.JPG

la plage assez peu fréquentée, faut dire qu’il ne faisait pas très chaud

P1030632.JPG

des empreintes de rikishi   (lutteurs de sumo)?

P1030633.JPG

un autre point de vue sur le temple

P1030635.JPG

j’aime beaucoup l’expression de cette statue :)

test.JPG

  il y avait aussi une petite grotte abritant quelques statues. Pas évident quand on est assez grand comme moi :)

En quittant le temple je suis revenu sur mes pas pour aller à la plage, non pas pour m’y baigner mais pour profiter du paysage.

P1030640.JPG

Mon premier contact avec la mer lors de ce voyage. C’est toujours un moment un peu particulier lorsqu’on voit la mer pour la première fois. Le sable est sombre (comme souvent sur les îles volcaniques) mais plutôt fin.

P1030642.JPG

quelques surfeurs défiant les rouleaux « Si tu fais confiance à la gravité, ça devrait passer. »

P1030644.JPG

 Après la plage, retour à la gare de Hase pour emprunter un petit train célèbre qui va me conduire à la presqu’île d’Enoshima. Le petit train emprunte un chemin magnifique en longeant la côté, en passant dans des passages étroits entre deux maisons. Il passe même parfois au coeur même de ville, à la manière d’un tramway, c’est à dire au milieu de voitures, sans protections de part et d’autre de la voie.

P1030645.JPG

à nouveau des surfeurs photographiés depuis le train

P1030652.JPG

Et voici donc la presqu’île d’Enoshima, accessible depuis un pont.

P1030656.JPG

ce même pont vu depuis les hauteurs de l’île.

Il faut savoir que quand je suis arrivé, il était déjà tard et le soleil commençait à se coucher, et donc mon but ultime était de me dépêcher d’atteindre le sommet de l’île afin d’espérer faire des belles photos du coucher de soleil. J’ai donc enjambé les marches (nombreuses) à toutes vitesses. Tous les magasins étaient en train de fermer, et les ruelles normalement très fréquentées étaient désertes. Les rares gens que je croisais marchaient dans le sens contraire :) A un moment donné en haut d’un escalier tel un mirage j’ai brièvement aperçu le Fuji-san devant le soleil couchant. J’ai encore continué mais quand je suis arrivé à l’endroit où j’aurais pu avoir une vue, c’était malheureusement fermé. Pour l’anecdote, à propos du Mont Fuji, c’est tout ce que j’ai pu voir au cours de tout mon voyage!

P1030659.JPG

un port de plaisance sur la partie est de l’île

P1030648.JPG

et c’est donc au retour depuis le pont que j’ai finalement fait mes photos de coucher de soleil.

P1030650.JPG

un pêcheur avec son vélo

P1030654.JPG

 Et c’est donc sur ce joli coucher de soleil que s’est achevée cette merveilleuse journée à Kamakura. Un peu fatiguante certes, mais très riche en souvenirs! Si c’était à refaire j’accorderai un jour de plus à Kamakura, pour pouvoir un peu plus prendre de temps, flâner dans les boutiques d’artisanat, visiter les temples un peu plus éloignés…

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie VI : le Hokoku-ji

P1030595

 Situé un peu à l’écart du centre de Kamakura se trouve le temple zen de Hokoku-ji. Pour le rejoindre il faut longer une rivière pleine de carpes Koï durant 20 bonnes minutes. Dommage qu’il y ait une route assez fréquenté tout le long… mais il est possible de traverser la rivière et de marcher sur l’autre rive, et là c’est beaucoup plus sympathique, on se retrouve dans une petite rue paisible.

Le temple d’Hokoku-ji est un temple qui date de la fin du shogunat de Kamakura (1334) et qui est célèbre pour sa magnifique forêt de bambous et son atmosphère tranquille. On peut également prendre part à une dégustation de thé vert.

P1030588.JPG

En entrant dans le temple. J’adore quand la mousse recouvre tout y compris les vieilles pierres.

P1030590.JPG

Peut-on faire plus kawai que ça? ^^

P1030593.JPG

P1030596.JPG

P1030617.JPG

Le bâtiment principal du temple, magnifié par ce cerisier en fleurs. Une statue de bouddha de 51cm se trouve à l’intérieur. Sur la gauche se trouve l’entrée pour la forêt de bambous.

P1030601.JPG

la fameuse forêt de bambous, avec le soleil qui peine à percer à travers ces chaumes (c’est le nom que l’on donne aux « troncs » des bambous) et feuillages.

bambous.jpg

Le bambou, plante miraculeuse?

« Il peut fixer 30% de plus de CO2 que les arbres feuillus, jusqu’à 12 tonnes de CO2/ha/an (3 tonnes pour une forêt de feuillus). Il libère donc 30% d’oxygène de plus que des arbres.. L’étroitesse de ses feuilles améliore l’infiltration de l’eau dans le sol (deux fois plus qu’une forêt de feuillus). Il limite l’érosion des sols (grâce à son réseau racinaire très dense sur 60 centimètres de profondeur) et restaure des sols appauvris. On l’utilise pour l’élimination de certaines toxines du sol (phyto-remédiation), et sa culture ne nécessite peu ou pas d’engrais, ni de produits phytosanitaires. »

P1030613.JPG

J’ai gardé cette photo pour montrer la pénombre qui règne au milieu de cette forêt de bambous

P1030612.JPG

tombes où sont enterrés quelques soldats parmi les milliers tombés lors d’une bataille acharnée en 1333 qui mit fin au shogunat de Kamakura.

P1030615.JPG

le Kashodo, bâtiment adjacent au bâtiment principal

P1030598.JPG

un dernier regard avant de partir…

P1030618.JPG

Et voilà pour ce temple qui vaut vraiment le coup d’oeil, et en plus de par son éloignement il n’y a presque personne.

 

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie V : le Tsurugaoka Hachiman-gu

P1030569.JPG

 En sortant du Kencho-ji à Kita-Kamakura, je poursuis mon chemin pour me rendre Kamakura. Pour cela il faut longer la route principale durant environ un kilomètre. Au fur et à mesure que j’avance, le traffic s’accentue jusqu’à former un embouteillage; sans doute des tokyoïtes qui viennent prendre un peu l’air en bord de mer, ou qui viennent visiter la ville. Après la tranquillité des temples de Kita-Kamakura, je retrouve donc un peu de vie.

P1030558.JPG

Toujours le long de la route, je passe devant un restaurant lorrain qui semble assez chic. Le contraste entre la rusticité du plat et le standing du restaurant m’a bien amusé, et puis c’est la dernière chose que je m’attendais à voir en plein coeur du Japon^^ (en plus je suis à moitié lorrain) Mais bon si ça se trouve ce n’est qu’un nom sans rapport avec ce qu’ils proposent.

Et finalement j’arrive au sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gu, qui se trouve au coeur de Kamakaura, au bout d’une longue allée de cerisiers en fleurs.

Il s’agit du plus grand sanctuaire de Kamakura, qui a été fondé en 1063 par Yoritomo à Zaimokuza, puis fait déplacer par le premier shogun de Kamakura, Minamoto Yoritomo. Plusieurs fois reconstruit, c’est aujourd’hui un sanctuaire shintoïste, alors que durant la plus grande partie de son histoire c’était un temple bouddhiste.

P1030561.JPG

Le sanctuaire à proprement parler se trouve au sommet des 62 marches que l’on voit au centre.

 On peut voir sur la gauche une très grosse souche, il s’agit en fait de la souche d’un arbre vieux de 1000 ans, qui est tombé juste 3 semaines avant que j’arrive à cause d’une tempête (et du pourrissement de l’arbre). Il y avait beaucoup de monde autour de cette souche, j’imagine que ça a dû être un évènement dans la région.

P1030559.JPG

les barils de saké entreposés pour les festivals

P1030563.JPG

  un prêtre shintoiste occupé à ses affaires, au milieu du pavillon de danse, ou maidono

Mais l’heure tourne et il est déjà 14 heures et je n’ai toujours pas mangé. Je me dirige donc vers l’allée principale bordée de cerisiers, où l’on trouve de nombreux magasins de souvenirs et restaurants. J’opte pour un petit restaurant de ramen tenue par des femmes. En général on y mange bien, rapidement et pour pas trop cher.

P1030566.JPG

Vitrine d’un des nombreux restaurant que l’on trouve le long de l’allée principale. Saurez-vous reconnaître tous ces plats?

 Après ma courte pause déjeuner, je retourne en direction du sanctuaire.

P1030574.JPG

Étendue d’eau bordée de cerisiers, avec une petite île au milieu.

P1030571.JPG

un couple de colombes sur un tori. Celui-ci enjambe un petit pont rouge qui mène à un îlot.

P1030577.JPG

drapeaux plantés tout autour de l’ilot. Malheureusement je ne connais pas leur signification.

P1030575.JPG

un décor bucolique avec ces pétales de fleurs de cerisiers qui tombent et viennent doucement se poser sur l’eau…

P1030579.JPG

La longue allée menant au sanctuaire. De chaque côté on y trouve des stands qui vendent des sucreries

P1030580.JPG

la pavillon de danse ou maidono

P1030584.JPG

Les fameux ema, qui sont des sortes de plaquettes en bois que l’on dépose à un portique près du temple, et où l’on y écrit des voeux, qui seront lus (et peut-être réalisés) par des kamis (les dieux). Les souhaits peuvent être très variés, comme par exemple la paix dans le monde, trouver l’amour, la guérison d’un proche, la réussite aux examens …

P1030585.JPG

Le sanctuaire vu du côté gauche, après avoir monté les marches

P1030586.JPG

3 générations réunies sur cette photo, occupées à accrocher un omikuji.

P1030587.JPG

Les omikuji sont des bandes de papiers sur lesquelles sont inscrites des divinations. Chaque personne pioche au hasard une de ces divinations dans une boîte dédiée, et si la prédiction est mauvaise, elle plie le papier et l’accroche à un emplacement dédié pour conjurer le mauvais sort.

Même si le sanctuaire a moins de valeur historiquement que ce qu’on peut trouver par ailleurs à Kamakura, cela reste un lieu très agréable à visiter, plein de vie. C’est d’ailleurs un des sanctuaires les plus visités lors du nouvel an avec plus de 2 millions de visiteurs. On peut également y voir des représentations de yabusame (archerie à cheval) à la mi-avril et mi-septembre.

Et voilà donc pour cette cinquième partie. La prochaine partie sera consacrée au magnifique Hokoku-ji.

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie IV : le Kencho-ji

P1030526.JPG

 Ma journée se poursuit par la visite du Kencho-ji, toujours à Kita-Kamakura. Cette fois-ci il faut marcher un peu le long d’une route un peu en pente pour le rejoindre. La route traverse la ligne de train JR qui rejoint Kamakura, avec un de ces passages à niveaux typiques.

P1030521.JPG

 Le temple Kencho-ji est un grand temple bouddhiste zen, fondé en 1249 à la demande du régent Hojo Tokiyori par le moine Rankei Dōryō, maître chinois venu enseigner le zen au Japon. Il est le premier des gozan (cinq grands temples) de Kamakura. Même si le temple reste aujourd’hui très grand avec une dizaine de temples secondaires, il en comptait à l’origine une cinquantaine !

P1030523.JPG

la Sōmon (porte extérieure), où l’on achète les tickets d’entrée

P1030527.JPG

petite allée bordée de magnifiques cerisiers en fleurs, qui conduit à la porte principale.

P1030528.JPG

la Sanmon, l’imposante porte principale du temple

P1030533.JPG

de droite à gauche, le Butsuden, le Hattō et le Hōjō. Les bâtiments sont tout simplement énormes, et c’est assez impressionnant de les voir tous alignés comme ça.

P1030535

une vision féerique

P1030536.JPGjardin de méditation de mousses derrière le Hōjō, qui s’organise autour d’un lac épousant la forme du kanji signifiant cœur ou esprit.

P1030540.JPG

une rencontre inattendue :)

P1030541.JPG

P1030542.JPG

je suis un charmant chemin en pente légère qui mène je ne sais pas trop où

P1030544.JPG

la pente s’accentue et les escaliers se succèdent…

P1030546.JPG

…et j’arrive devant cette créature inquiétante qui me fait signe de m’arrêter !

P1030545.JPG

…et en plus elle n’est pas toute seule!

En réalité ces créatures sont des Tengu, des créatures surnaturelles du folklore japonais. La première créature qui fait un signe de la main est un karasu tengu, que l’on peut reconnaître à sa tête et son bec de corbeau.

P1030548.JPG

un konoha tengu, avec son long nez caractéristique et ses ailes de corbeau

P1030551.JPG

le sanctuaire shintoiste de Hansōbō, situé en hauteur sur la colline.

On peut voir sur la photo qu’il y a un petit escalier au bout juste derrière un tori. Encore une fois sans trop savoir où je mets les pieds, je l’ai emprunté. Le chemin se poursuit plusieurs centaines de mètres dans les bois, avec une pente assez forte et il conduit à un point de vue sur toute la région de Kamakura.

P1030553.JPG

le temple Kencho-ji sur la gauche, et une école à droite.

P1030557.JPG

vue sur Kita-Kamakura

P1030555.JPG

vue sur Kamakura avec la mer tout au fond.

C’est donc sur cette vue aérienne que s’achève cette quatrième partie, un très bon souvenir pour moi. Et c’est en marchant en direction de la mer et Kamakura que ma journée va se poursuivre.

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie III : le Meigetsu-in

P1030513.JPG

 Pour accéder au Meigetsu-in à partir des temples précédents, il faut parcourir quelques centaines de mètres dans Kita-Kamakura, en suivant une petite rue très agréable. Tout au long de cette rue s’écoule un petit ruisseau où l’on y trouve des canards. Toutes les maisons qui longent cette rue ont leur propre petit pont en bois chevauchant le ruisseau. C’est vraiment un endroit où il fait bon vivre.

P1030491.JPG

le ruisseau en question

Le Meigetsu-in, « L’ermitage de la lune brillante », est une auberge un temple bouddhique de la secte zen Rinzaï, qui a été fondé en 1160 par Yamanouchi Tsunetoshi pour le repos de l’âme de son père. Il est réputé pour son jardin sec et ses hortensias qui ornent les jardins un peu partout. Ces deniers n’étaient pas fleuris lors de ma visite, mais tant mieux car parait-il la floraison des hortensias attire énormément de monde chaque année, et cela gâche un peu l’atmosphère sereine des lieux. La sérénité je l’ai eue, car j’étais quasiment tout seul pour la visite de ce temple :)

P1030496.JPGun petit pont en bois pour chevaucher un ruisseau; la simple contemplation de cette photo m’apaise. D’ailleurs je viens de réaliser que dans contempler il y a « temple », mais bon ethymologiquement je crois que ça n’a rien à voir ^^
P1030497.JPG

différentes nuances de roses

P1030498.JPG

une petite forêt de bambous à l’est

P1030500.JPG

l’escalier conduisant au temple, qui me rappele une scène du jeu vidéo Ôkami

P1030501.JPG

le portique principal qui conduit au temple

P1030503.JPG

finalement, je ne suis pas tout seul :)

P1030506.JPG

L’encensoir qui se trouve devant le temple. Je n’ai pas pris de photo du temple car comme d’habitude les photos sont proscrites. Mais voilà ce qu’on pouvait voir.

P1030507.JPG

le fameux jardin sec

P1030504.JPG

le même jardin, vu sous un autre angle; on voit sur cette photo que ce n’est pas très grand

P1030508.JPG

des japonaises observant les fleurs; j’ai remarqué que les japonais de manière générale appréciaient énormément les fleurs et la nature.

P1030509.JPG

un autel en souvenir d’enfant morts-nés (pas sur à 100% mais il me semble que c’est ça)

P1030510.JPG

le Soyudo Hall avec son toit en chaume

P1030511.JPG

la caverne de Yagura creusée dans la roche, qui abrite des statues (qu’on ne voit pas ici à cause de l’obscurité)

P1030517-copie-1.JPGP1030520.JPG

Mais que fait donc ce lapin ici? A en juger par son sac à dos, il n’est que de passage. Mystère…

A bientôt pour la quatrième partie de cette journée à Kamakura…qui ne fait que commencer ^^

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie II : le Tokei-ji

P1030466.JPG

 A 250 mètres à peine de l’Engaku-ji se trouve le temple boudhiste Tokei-ji, qui a une histoire un peu singulière.

Il a été fondé en 1285 par Kakusan-ni, après le décès de son mari Hōjō Tokimune (le 8e régent du shogunat de Kamakura). En effet à cette époque, la tradition voulait qu’une veuve devienne nonne à la mort de son mari. C’est donc ce qu’elle fit en créant ce temple. Elle en a également fait un refuge pour les femmes battues. A cette époque les hommes pouvaient divorcer de leurs femmes, mais l’inverse était quasiment impossible. Kakusan-ni va réussir à obtenir du shogunat des droits juridiques particuliers, dont le droit accordé aux femmes de divorcer après 3 ans passés dans ce temple. On estime que durant l’ère Tokugawa (1603-1868), plus de 2000 femmes ont trouvé refuge dans ce temple.C’est donc tout naturellement que ce templa a gagné le surnom de « temple du divorce« . Les hommes n’ont eu le droit d’entrer dans ce temple qu’à partir de 1902. A 108 ans près je ne pouvais pas rentrer ^^

P1030467.JPG

Le bâtiment blanc sur la gauche abrite une belle statue en bois Sho Kannon Bosatsu Ryuzo, consideré comme un trésor national.

P1030468.JPG

P1030471.JPG

Des jardiniers à l’oeuvre dans les jardins du temple. On peut voir des iris en premier plan (enfin je crois je suis pas ultra spécialiste en fleurs ^^). Selon les saisons on peut y voir cerisiers, abricotiers, pêchers, pivoines iris…

P1030473.JPG

J’ai pas trop compris à quoi ça servait de nouer les plantes, mais c’est kawaiiii !

P1030476.JPG

P1030478

une toute petite statue, recouverte de mousse

P1030479.JPG

une statue de bouddha

P1030483.JPG

On entre carrément dans une forêt ombragée en plein coeur du temple.

P1030482.JPG

On trouve au sol sous ces arbres, des statues comme celle-ci

P1030484.JPG

des bambous s’élevant au ciel.

P1030486.JPG

A l’arrière du temple se trouve un cimetière où reposent quelques personnages célèbres (philosophes, romanciers, peintres, hommes d’affaires…)

P1030488.JPG

encore une fois, la nature est superbe, le vert des arbres éclatant.

P1030490.JPG

Et voilà donc pour cette deuxième visite de temple à Kita-Kamakura, j’éspère que cela vous aura plu et que cela vous aura donné envie d’y aller :)

Une journée (bien remplie) à Kamakura – Introduction

P1030601.JPG

 Je vais maintenant raconter une de mes plus belles journées de mon dernier voyage au Japon, celle que j’ai passée à Kamakura [鎌倉市], et ses environs. Autant prévenir tout de suite, si vous n’aimez pas les photos, récits de voyage, il va falloir vous ‘absenter un petit moment de ce blog ^^

Kamakura est une ville située à 50km au sud-ouest de Tokyo, au bord de l’océan pacifique. Il s’agit d’une ville balnéaire et touristique, et c’est une destination phare pour de nombreux tokyoïtes. Mais Kamakura est avant tout une ville riche en histoire puisqu’en 1192, le shogun Minamoto no Yoritomo décide d’y installer sa nouvelle capitale. C’est le début du shogunat, système dans lequel l’empereur n’est plus qu’une autorité symbolique. La période Kamakura durera 141 ans de 1192 à 1333. Subsistent aujourd’hui de très nombreux temples et sanctuaires disséminés un peu partout dans la région de Kamakura. Certains temples sont même antérieurs à cette période.

Voilà donc pour une première courte introduction à Kamakura.

Passons donc au vif du sujet, avec mon propre voyage. Pour situer un peu le contexte, la veille de ce jour là, j’étais à Tokyo et il avait plu toute la journée, et pas qu’un peu! J’avais le moral un peu en berne. Vous pouvez donc imaginer mon soulagement lorsque j’ai vu ce matin là que le ciel était tout bleu :)

Histoire de bien rentabiliser ce jour de beau temps, je me suis donc préparé un programme bien chargé, comme vous pouvez le voir sur la carte. (cliquer pour la voir en grand)

map trajetrouge: à pieds    bleu: en train

 Voici donc mon parcours que je développerai à travers plusieurs articles.

  1. Kita-Kamakura, sa tranquillité et ses magnifiques temples au coeur de la nature
  2. Kamakura, avec son sanctuaire, et son centre ville le long d’une allée de cerisier
  3. Le temple Hokoku-ji , un peu excentré et célèbre pour sa forêt de bambous
  4. Hase, mon premier contact japonais avec la plage, et le temple de Hase-dera
  5. Le petit train célèbre qui longe la mer et passe au coeur de la ville
  6. la presqu’île d’Enoshima, où j’ai pu admirer un coucher de soleil.

Et c’est parti ! :)