Pensées d’anguilles

Murakami Ryû « Les Bébés de la consigne automatique »

« Il entra dans le marché. Près de l’entrée, il y avait un vivier où nageaient des centaines d’anguilles. Il se rappelait avoir passé longtemps autrefois à regarder avec amusement un homme aux mains gantées de plastique blanc attraper les anguilles glissantes pour les tendre aux clients. L’homme leur avait montré une anguille de près. Le ventre visqueux qui se tortillait avait effleuré la joue de Hashi, et lui et Kiku avaient poussé des cris aigus, au grand amusement des adultes autour d’eux. Toutes les anguilles étaient rassemblées au même endroit, grouillant les unes sur les autres, dans un coin du bassin, comme les cheveux d’une femme dans son bain. Autrefois aussi cela lui évoquait cette image, il s’en souvenait. »

 

Jirô Taniguchi « Le gourmet solitaire »

Rurouni Kenshin « Unagi ga kuitai! »

 

Sazae-san

 

Murakami Haruki « Danse, danse, danse »

« Devant nous roulait un camion chargé de porcs, qui regardaient fixement ma Maserati de leurs yeux rouges à travers les interstices des planches. Eux ne faisaient sans doute pas la différence entre une Subaru et une Maserati. Les porcs ne connaissent pas la discrimination sociale, pas plus que les girafes, ou les anguilles. »

Laisser un commentaire