Jour de Setsubun à Narita – Partie I

Connaissez vous le Setsubun? Il s’agit d’une fête nationale japonaise, célébrée le 3 février de chaque année, annonçant l’arrivée du printemps. Elle est plus connue sous le nom de la fête du lancé de haricots, dont je donnerai la signification un peu plus tard. On la fête à la maison mais aussi dans les temples et sanctuaires du pays. Afin de profiter de cette fête, je me suis rendu à Narita, ville injustement oubliée des guides, qui recèle de nombreux temples magnifiques, des rues piétonnes anciennes bordées de magasins, de restaurants spécialisés dans l’anguille (tiens, tiens), etc. Bref un endroit parfait pour un jour comme celui là.

Pour se rendre dans la zone des temples depuis la gare, il faut emprunter une rue piétonne Omotesandō, bordée de 150 petits magasins en tout genre, parmi lesquels on trouve ces petites échoppes vendant des manju, gâteaux fourrés à la pâte de haricots rouges ou blancs.

La file d’attente pour celui-ci est impressionnante, au moins une vingtaine de mètres! L’enseigne doit probablement être réputée. J’ai pu tester sur le chemin du retour, et effectivement c’est super bon! Particulièrement ceux à la pâte de haricots blancs, qui ont une petite saveur de miel.

La foule se densifie peu à peu.

Un peu plus loin, une femme fait le bonheur des enfants, en organisant un spectacle avec son petit singe. Comme je n’ai pas l’occasion de voir des singes tous les jours, je me suis arrêté quelques instants pour assister au spectacle.

Vous aurez sans doute reconnu le macaque japonais, qui à l’état naturel vient parfois se réchauffer dans certaines sources chaudes lorsque les températures extérieures chutent en dessous de -5°C.

Après ce petit intermède je continue ma progression vers les temples.

La rue est en pente douce, au loin on peut apercevoir le dernier étage d’une pagode.

Les magasins ont l’air tout droit sorti de la période d’Edo.

Ici deux magasins spécialisés dans la vente d’objets artisanaux en bambou

Parmi les différents produits que l’on peut trouver ici, il y a les senbei, sortes de galettes de riz craquantes, les teppozuke, sorte de pickles à base de poivre vert, feuille de Shisho et melon. Et aussi toute sorte de sake locaux.

Mais la grande spécialité de Narita, ce sont les anguilles! On trouve pas moins de 60 restaurants servant des anguilles le long de cette rue.

A l’entrée de ce restaurant, un chef prépare les anguilles qui seront ensuite grillées sur des braises ardentes.

Les anguilles sont réputées pour être extrêmement nutritives (en plus d’être délicieuses)

Un petit coup d’œil en arrière, pour voir la vue de l’autre côté.

Quelque chose me dit que dans moins d’une seconde cet enfant va moins faire le malin! Quelle idée aussi de mettre des lunettes de soleil alors qu’il ne fait même pas beau. Admirez aussi la tenue de la femme en rouge qui marche derrière avec ses geta.

Avant de me rendre au temple, je me fais un petit restaurant pour goûter ces fameuses anguilles. Assis en tailleurs, je déguste mes soba froids accompagnés d’un bol d’unaju (anguille grillée sur du riz). J’ai pris le petit format, parce que c’est quand même ultra cher l’anguille!

En sortant du restaurant je me retrouve à contre courant d’une foule compacte qui remonte la rue pour aller vers la gare. La cérémonie de setsubun vient probablement de se terminer… Vraiment pas de chance…

Ne partez pas! Il n’y aura plus personne si ça continue…

Pour accéder au temple il faut d’abord grimper une série d’escaliers un peu raide.

« Konnichiwa! »

Une jolie pagode à 3 étages de 25 mètres. Elles se ressemblent un peu toutes, mais c’est toujours joli une pagode.

En voyant les inscriptions sur le temple, je découvre qu’il y aura une autre cérémonie ver 16h! Ouf, je ne suis pas venu pour rien. En fait il y avait en tout 3 cérémonies de prévues. J’assisterai donc à la dernière du jour.

Faut-il vraiment faire un commentaire?

Le temple Shakado, très convoité des routards.

Au loin on aperçoit pleins de toits de temples et pagodes.

Des policiers en charge de la sécurité de l’évènement prennent une pause après la fin de la cérémonie.

Pendant ce temps là, un vieil homme observe tout ce remue ménage, stoïque, depuis sa grotte.

Le Gakudo Hall, recouvert de sculptures en bois, et de tablettes votives.

Le Komyodo Hall, construit en 1701.

Le drapeau français et l’épée sont un hommage à Vercingétorix (information à vérifier)

Un chemin en pierre qui s’enfonce parmi les arbres.

Une fleur et un pèlerin. La statue est probablement d’origine coréenne.

La grande pagode de la paix. On en a pas trop l’impression sur la photo, mais elle est vraiment gigantesque: 58 mètres de haut. L’intérieur se visite et vaut vraiment le détour (c’est gratuit).

Le jardin, avec un grand étang rempli de carpes koï. Bon par contre un jardin japonais en hiver, c’est un peu triste. Mais au printemps, avec tous ces cerisiers plantés autour, cela doit être magnifique!

Quelques carpes pour l’ambiance.

Le maître des lieux.

Et là vous vous dites peut-être « Quoi? c’est déjà la fin de l’article? Mais il n’a même pas parlé de setsubun! ». Ce à quoi je vous répondrai qu’une deuxième partie arrivera très prochainement!

13 réflexions au sujet de « Jour de Setsubun à Narita – Partie I »

  1. J’y serais bien allé pour visiter la ville, mais pas eu le temps la dernière fois. J’essaierai la prochaine fois car les photos donnent envie.
    C’etait tres cher l’unaju ?

  2. « Le temple Shakado, très convoité des routards. » J’adore ce genre de détails !!

    Il me semble que le Lonely Planet a une section dédiée à Narita (un peu la flemme d’aller vérifier…), après, j’imagine qu’ils ne devaient effectivement pas beaucoup mettre le coin en avant, comme à leur habitude. J’essaierai d’y passer un de ces jours, ton article donne envie. ;)

    • «J’adore ce genre de détails !!» Haha, tu as remarqué ma blague ^^ Il y en a une autre aussi, mais faut connaître la référence.

      En effet dans le Lonely Planet il y a une petite section consacrée à Narita. Quelques lignes aussi dans le Gallimard. Par contre pas un mot dans le routard (malgré le temple Shakado), et pas un mot non plus dans le guide vert. Mais bon j’avoue, j’aime bien taper sur les guides, ça me donne l’impression que je connais mieux le Japon qu’eux alors que ce n’est pas du tout le cas ^^

      Sinon j’ai vu que ton site était en travaux, la réouverture est prévue pour quand?

      • Je vois pas pour l’autre blague. ^^;

        Pour le site, je viens de le faire migrer sur WordPress et la peinture est donc encore un peu fraîche, mais il est fonctionnel. Normalement, toutes les anciennes url ont été conservées intactes, donc c’est plus un changement « esthétique » pour les lecteurs. Il faut « juste » que je migre toutes les photos (en les rehaussant au passage) et que je refasse la carte du Japon. ;)

        Si tu ne regardes que la page principale, ça ne bouge pas beaucoup mais j’y travaille pas mal en fait, mettant à jour en priorité les articles les plus visités.

        • Je repasserai quand la peinture sera sèche alors ^^ Je sais pas ce que tu avais avant, mais WordPress est vraiment pas mal. Le système de plugins est vraiment pratique. Même si tout n’est pas parfait, je suis plutôt satisfait.

          Pour ce qui est des blagues, il y en a une un peu tirée par les cheveux « Une fleur et un pèlerin. La statue est probablement d’origine coréenne. » Cela fait référence à Fleur Pelerin, notre ministre de l’économie numérique d’origine coréenne ^^

  3. bonjour…

    la statue n’est pas coréenne, c’est Kukai…Kobo Daishi, fondateur de la secte shingon. (il y a la méme au temple 5 sur Shikoku…rentré depuis peu du pelerinage sur l’ile) par contre, je ne sais pas pourquoi elle se trouve a Narita dans se temple…..? remarque que son « rayonnement » est universel sur l’ile….bravo pour ttes ces photos, ns serons a Narita tte fin Avril avant de rentrer en France…merci sincerement pour l’avant gout, ca a l’air trés joli..ns avons lu ta derniere « aventure » chez le japonais qui t’hebergeaient et sommes navré pour toi…peut etre encore un peu a dire sur l’attitude de cette maitresse de maison, mais ce n’est pas le lieu. je suppose que frequenter cette ecole a ete une formidable experience et a permit de bien consolider tes bases en japonais…bvo, car des que j’apprends un peu en France, j’oublie tt tres vite ne partiquant pas. il n’y a eu que dans mon immersion a Shikoku que j’ai pu rééllement progresser…

    fantastiques photos + +, vivement la suite….

    Musashi .

    • Pour ce qui est de la statue, il s’agissait en fait d’une blague faisant référence à notre ministre de l’économie numérique Fleur Pellerin, qui est d’origine coréenne ^^ Faut jamais prendre trop au sérieux ce que j’écris ^^
      Pour ce qui est du japonais, c’est vrai qu’il y a que la pratique régulière qui permet de vraiment progresser. Depuis que je suis rentré, je n’ai pas parlé un mot de japonais, et je suis sur que j’ai déjà oublié pleins de trucs. Faudrait que je m’y remette un peu >_<

Laisser un commentaire