Ōsaka – Umeda Sky Building

Suite et fin de mon court séjour à Osaka avec la visite de l’Umeda Sky Building, célèbre gratte-ciels construit en 1993 et d’une hauteur de 173 mètres. Ce n’est pas par sa hauteur qu’il se démarque mais plutôt par sa forme particulière, avec ses deux tours reliées au sommet par une grande passerelle faisant office d’observatoire. Pour l’anecdote, le building devait être initialement composé de 4 tours reliées entre elles.

J’étais déjà venu deux ans auparavant ici-même, et j’avais trouvé l’accès vraiment mal fichu, mal indiqué, avec un long passage souterrain à prendre. Deux ans après rien n’a changé de ce côté là.

En réalité quand je parlais de visiter l’Umeda Sky Building, je parlais surtout d’aller faire un tour à l’observatoire au sommet. Et pour cela on emprunte un vertigineux escalator très raide, au dessus du vide. Assez impressionnant!

Les fameux escalators vus d’en haut.

En réalité il y a deux observatoires, un en intérieur et un autre en extérieur. Celui en extérieur est mieux pour la netteté des photos, mais en revanche il ne permet pas de voir vers le bas, et certains angles de vues sont masqués par le bâtiment en lui même. Un peu décevant.

Par contre la vue est quand même très jolie. C’est toujours sympa de voir une ville de nuit.

Ici trois gratte-ciels en construction, rien que ça. La ville continue de grandir. On est pas dans les rythmes de développement de certaines villes chinoises, mais ça reste impressionnant. J’imagine qu’au moment où j’écris ces lignes, ces gratte-ciels sont peut-être déjà terminés.

La Yodo-gawa, traversée par de multiple ponts. Le pont blanc au milieu est un mystère pour moi, si l’on regarde les photos satellites, on constate qu’il est couvert, et qu’il relie directement deux bâtiments entre eux. Peut-être un pont privé pour transporter des marchandises.

Le sol de l’observatoire est parsemé d’étoiles phosphorescentes, créant une atmosphère romantique.

Et me voilà de retour sur la terre ferme.

Un dernier petit coup d’œil vu d’en bas, et je repars.

Je serais bien allé au « Comme ça style », mais c’était probablement fermé à cette heure-ci.

Je termine avec quelques photos en vrac, issues de mon errance aux alentours de la gare d’Osaka (ci-dessus)

Un stand de tako-yakis, ces fameux beignets fourrés au poulpe.

Je crois que je n’ai jamais autant galéré à me situer dans l’espace que dans ce quartier hyper compliqué, avec ses grands magasins, ses passerelles, ses galeries commerciales couvertes dans tous les sens. Mais cela dit c’était très sympa, il y a pleins de mondes, pleins de gargotes et izakayas dans tous les sens.

Dans tout ce quartier on a clairement deux mondes qui se côtoient, celui des voitures clair et structuré avec ses routes larges qui se croisent perpendiculairement, et celui des piétons beaucoup plus chaotique avec passerelles par dessus les routes, dédales de galeries commerciales piétonnes qui serpentent à travers les pâtés d’immeubles, etc. En tout cas c’est le souvenir que j’en ai gardé!

10 réflexions au sujet de « Ōsaka – Umeda Sky Building »

  1. Je me demandais tout le long de ton article mais tes photos, tu les as pris en quel mode ? sans flash ? ^^’
    Sinon une ville de nuit (surtout japonaise) c’est vraiment magnifique avec toutes ces couleurs.

    • Oui sans flash, avec une sensibilité élevée (6400 iso). Mais par contre c’est pas du tout l’idéal pour faire ce genre de photos de ville de nuit car ça fait des photos assez bruitées. Là ça ne se remarque pas trop parce que l’image est réduite en taille.

      Idéalement faut avoir un pieds, mettre une sensibilité basse, et augmenter le temps de pose. (par exemple 100 iso, 5 à 30s de pose)

      Après je ne suis pas non plus un spécialiste, j’expérimente pas mal avant d’arriver à mes fins.

  2. « J’imagine qu’au moment où j’écris ces lignes, ces gratte-ciels sont peut-être déjà terminés. »

    C’est le cas! Et l’extension vers les cieux de cette partie de la ville n’est pas finie.

    « Le pont blanc au milieu est un mystère pour moi »

    C’est un genre de pipeline si je ne m’abuse.

    Sinon c’est vrai qu’il est parfois difficile de s’orienter. J’allais dire « au Japon », mais en y réfléchissant, je dois admettre que le quartier de la gare ici est particulièrement pénible. Mais ce temps est révolu, les presque 3 ans de travaux sont terminés, et l’espace est beaucoup mieux géré. Il faut dire aussi que je connais désormais le coin comme ma poche, mais quand même…
    Et puis de toute façon cette organisation complexe n’est pas « mal fichue » mais « constitutive de l’identité de la ville » ;)

    • @ Ondori : très franchement, je pense que c’est parce que tu as l’habitude que tu arrives à t’y repérer. ^^; On y est passés cet été et voilà la galère pour arriver à trouver son chemin (d’autant plus que cela avait pas mal changé depuis mon dernier passage). T_T C’est beaucoup plus agréable qu’avant par contre !

    • Va falloir revenir alors :) Mais bon pour être honnête les vues que l’on a depuis certains gratte-ciels tokyoïtes sont plus impressionnantes et intéressantes.

Laisser un commentaire