Onomichi – Partie IV – Temples sur la colline (Suite)

Suite de ma balade dans le vieux Onomichi sur les collines. Je vous avais laissé au pied de la première colline, dans un magnifique sanctuaire shintoïste, et je poursuis maintenant en me dirigeant vers une deuxième colline. Pour cela je traverse un peu la ville moderne pour me retrouver très vite à nouveau dans de petites ruelles. Au loin j’aperçois une lanterne en pierre, et des escaliers, sans doute un nouveau temple!

A mes côtés un homme semble peiner à transporter ce qui semble être un baril de saké. Je l’aurais bien aidé, mais il n’était pas très réceptif à mes demandes.

Je poursuis mon ascension des escaliers. Il n’y a absolument personne, à part quelques chats qui jouent ensemble en courant dans tous les sens. Un arbre majestueux trône en haut des marches.

Le bâtiment principal du MisodeTenmangu.

Une statue en pierre représentant un bœuf. Il s’agit en fait d’un hommage à Sugawara, célèbre homme politique et lettré japonais, vénéré comme dieu de la calligraphie et de la poésie au Japon, né et décédé l’année du bœuf. On raconte que caresser la vache permet d’exaucer ses vœux. Pratique :)

Un oranger au mois de février. La région de la mer intérieure du Japon est réputée pour la douceur de son climat.

Déjà en photo en tête de l’article, ces petits singes vous rappellent sans doute quelque chose: les fameux singes du temple Tosho-gu à Nikko. « Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal »… Attendez, vous ne remarquez rien? En réalité ces singes farceurs font tout l’inverse des singes de Nikko, ils écoutent, ils regardent et ils parlent! ^^

Les toitures d’Onomichi, avec un ciel un poil menaçant au fond.

Un peu plus loin, j’arrive au pied d’un immense escalier, bordé de lanternes. A mes côtés, deux mamies papotent assises sur un banc.

Je commence l’ascension. Derrière moi, la vue est plutôt sympathique.

Et j’arrive au temple Saikokuji, qui semble être un très grand complexe de bâtiments en tout genre.

Au loin on aperçoit une pagode, au milieu des arbres.

En me retrouvant tout seul au milieu d’un si grand site, je me sens presque mal à l’aise. Ai-je bien le droit d’être là?

La pagode vue du dessous.

Derrière la pagode se trouve un chemin qui s’enfonce dans la forêt. J’adore emprunter ce genre de chemins, il y a toujours une grande part de mystère. Pourquoi y a-t-il des stèles tout le long? Où est-ce qu’il conduit? Est-ce qu’il fait 200 mètres? Est-ce qu’il fait 10km? Vais-je rencontrer des yōkai? Pour répondre à ses questions une seule solution, l’emprunter!

Un peu plus loin, comme je l’espérais, la vue se dégage un peu, ce qui me donne un point de vue sur la ville.

Le chemin continue de s’enfoncer, au milieu d’une végétation dense de bambous et autres arbres.

De la mousse recouvre les pierres.

Et finalement je finis par déboucher à l’entrée du temple devant l’escalier géant. Les deux mamies toujours là, me voyant arriver par là, me demandent en souriant si j’ai emprunté le chemin dans la forêt. Je discute très rapidement avec elles, et je finis par rentrer en longeant le bord de mer.

Oubliez maintenant tout ordre chronologique, nous sommes un autre jour, et le temps est magnifique. Et je réemprunte les mêmes chemins, histoire de faire quelques photos ensoleillées, et d’atteindre un nouvel objectif qui sera l’objet de la prochaine partie.

Je termine avec une de mes photos préférées, montrant une petite ruelle en pente, semblant s’enfoncer au milieu des maisons jusqu’à la mer…

5 réflexions au sujet de « Onomichi – Partie IV – Temples sur la colline (Suite) »

  1. J’adore ce genre de promenade dans la forêt !! C’est agréable je trouve .. en plus la tout seul, ça a du être très reposant de parcourir ce chemin qu’avec les bruits de la nature :)
    Hâte de lire la suite !

      • Ca doit être magnifique et magique !!
        Y a pas une île au sud du Japon qui a inspiré Mr Miyasaki ?? Je me souviens qu’ils en avaient parlé dans un reportage sur Arté une fois !

  2. C’est la fête aujourd’hui… Penses-tu…
    J’ai un peu de temps, c’est tout et un grand plaisir à le passer en parcourant tes pages.
    Tout entendre, tout voir et tout dire!
    Pourquoi pas?
    … Je me disais:  » mais il est tout seul »!
    Mis à part les « mamies » et les  » chats  » :)
    … » Ai-je bien le droit d’être là? »
    Oh, que oui! Je pense même que ce lieu était heureux de ta présence!
    Euh, des yōkai? Oups!
    Bien sur, les « mamies » étaient des « kodama », esprits des arbres, qui ont une âme, pour te protéger!
    Tu as eu beaucoup de chance de passer par là! C’est un endroit magnifique.

    • Merci beaucoup :)
      Ça peut paraître gênant de se retrouver toujours tout seul dans tous ces sites, mais moi au contraire j’adore ça, ça rajoute au charme.
      Et c’était un peu comme ça durant tout mon voyage cette année.
      Mais bon lors de mon dernier voyage pendant la haute saison, ça m’avait aussi beaucoup plu de déambuler au milieu de plein de gens, en plein hanami.

Laisser un commentaire