Shimanami-kaido – Partie I

La Shiminami-kaido est une route célèbre de 60km qui relie l’île principale de Honshu à l’île de Shikoku, en passant par de nombreuses petites îles, reliées entre elles par de grands ponts. L’occasion pour moi de faire une partie de ce parcours non pas en voiture, mais en vélo. En effet il s’agit d’un circuit bien connu et bien balisé pour les vélos et la balade en bord de mer est des plus agréables.

Tout commence pour moi à Onomichi, charmante ville où je loge, et dont je parlerai bien évidemment prochainement. Mon idée était de louer un vélo, me balader à travers les îles en empruntant les ponts et ensuite rentrer en bateau. Je loue donc un vélo modèle sport, trop petit malgré la selle réglée au maximum… Pour rejoindre la première île Mukaishima il n’y a pas d’autre choix que d’y aller en bateau, ça tombe bien un bateau fait la navette avec Onomichi toute la journée.

J’arrive donc sur cette première île et commence la balade en vélo. Pour se repérer c’est très simple il suffit de suivre la ligne bleu au sol tout au long du parcours. Les débuts n’ont rien de particulièrement réjouissant et me font traverser une ville, jusqu’à ce que j’atteigne le bord de mer, où j’aperçois pour la première fois le pont suspendu reliant Mukaishima à l’île suivante, Innoshima.

Tout le long du bord de mer il y a pleins de gens qui m’applaudissent quand je passe, et je me dis alors qu’ils sont vraiment très accueillants ces japonais! Jusqu’à ce que je comprenne que ce n’est pas moi qu’ils applaudissent mais des collégiens qui font une course à pieds…

Je me rapproche peu à peu du pont, faisant la course avec des collégiennes en uniforme qui rentraient probablement chez elle après la course. Et là je me dis qu’il y a un petit problème, je suis au niveau de la mer et le pont se trouve à au moins 50 mètres au dessus du niveau de la mer… Ça promet un passage que je ne vais pas aimer…

Sur la mer de nombreux petits bateaux vaquent à leur occupations de petits bateaux, à savoir… je sais pas trop, ils flottent quoi…

Je finis par passer passer sous le pont, ce qui me permet d’avoir une jolie perspective. Il y a un petit air de famille avec le Golden Gate à San Francisco, si on ne tient pas compte de la couleur.

Je m’éloigne encore un peu plus du pont pour finalement bifurquer à gauche et prendre une petite voie réservée aux vélos qui grimpe afin d’atteindre le niveau du pont.

La même vue sur le pont mais avec un peu de hauteur cette fois-ci.

Et me voici enfin sur le pont! Ou plutôt en dessous… Petite déception de ce côté là, mais on s’en remettra.

Et me voici sur l’île de Innoshima, où poussent de nombreux orangers. La région de la mer intérieure du Japon est réputée pour la douceur de son climat, et ses faibles précipitations. La région est d’ailleurs surnommée le « pays du beau temps » [晴れの国].

Au loin un genre de pétrolier qui s’appelle « Asterix« , ça ne s’invente pas! Je ne sais pas trop quel genre de potion magique il transporte mais aux vus des nombreux « No smoking » qui figurent dessus, soit le capitaine ne supporte vraiment pas la fumée, soit il transporte des matières inflammables.

Une jolie plage de sable fin paradisiaque. Bon d’accord de l’autre côté de la route il y a des gros déchets industriels ^^

Un petit village entouré de champs.

Et voici le deuxième pont, qui relie Innoshima à Ikuchijima.

Et c’est une nouvelle ascension digne des plus belles étapes du tour de France dans les Alpes qui commence. J’enfile mon maillot à poids, et grimpe à toute allure.

Un peu plus haut, je profite de la présence de bancs et d’une vue pas désagréable pour faire ma pause picnic, à base de délicieux sandwichs 7eleven… Un papy arrive sur un vélo surchargé en grimpant péniblement, et me demande un renseignement. N’ayant pas trop compris ce qu’il voulait, je lui indique qu’il faut redescendre juste pour rigoler, je lui souhaite bonne chance pour la fin de l’ascension.

Je reprends ma route, en doublant le papy qui avait fait un petit bout de chemin déjà.

Cette fois-ci la piste cyclable se trouve sur le pont directement.

La vue sur la mer intérieure avec les reflets du soleil sur l’eau est splendide.

Je m’arrête plusieurs fois pour faire des photos, et le papy me redouble! (c’est lui tout au fond sur la photo)

et me voici finalement sur Ikuchijima.

Ici les gens ne semblent pas touchés par la crise, et roulent en Lamborghini et Ferrari.

Le Glorious Kauri, un vraquier qui se trouve actuellement en port de Shanghai.

Et voilà donc pour cette première partie. Pour la deuxième partie vous pourrez voir le très impressionnant temple Kosan-ji, qui se trouve sur cette même île.

10 réflexions au sujet de « Shimanami-kaido – Partie I »

  1. c’est en effet une merveilleuse balade a na pas manquer !

    bravo pour votre site qui est trés bien fait, je vs souhaite bcp de succés et de fréquentation sur votre page…

    cette balade est d’autant plus jolie pour moi qu’elle passe juste a coté de ma prochaine destination au mois de septembre sur l’ile de Shikoku ! je penserais a vs lors de passage de certains temple qui « lechent » l »ile d’Oshima…

    entre passionnés de ce merveilleux pays, merci de ns faire partager ces fantastiques periples !

    calcifer

    • Merci beaucoup! C’est gentil :)

      Je n’écris pas beaucoup d’articles ces derniers temps faute de temps et de motivation, mais le fait de lire un commentaire comme le votre redonne de la motivation.

      Sinon je ne suis encore jamais allé sur l’île de Shikoku, et ça me donnera une occasion de revenir au Japon. Ce qui est bien avec le Japon, c’est que vu le nombre d’îles, j’aurai toujours un prétexte pour revenir ^^

  2. « pays du beau temps » [晴れの国]. ♥♥♥

    J’ai été éblouie par le bleu du paysage!
    Ta rencontre avec le « papy » , la terre labourée et l’endroit où tu as mangé ton sandwich, m’ont beaucoup plu!
    Hum, tu ne t’es jamais perdu?

    • Oui j’ai eu beaucoup de chance avec le temps :) J’ai même du acheter de la crème solaire après ça. D’ailleurs j’ai fait au moins 5 kombini avant d’en trouver oO A chaque fois on me regardait bizarrement quand je demandais ça, comme si c’était une chose totalement incongrue d’acheter de la crème solaire.

      Et non je ne me suis jamais perdu, il suffit de suivre les lignes bleues au sol, rien de plus facile. Et puis j’ai un sens de l’orientation pas mauvais en général, donc je me perds très rarement, même en marchant au hasard.

  3. Et bien ! J’ai pas mal de lecture en perspective pour essayer de rattraper mon retard !

    Décidément, ne connaissant pas beaucoup la région, je continue à prendre des notes grâce à tes balades. Une amie m’avait effectivement recommandé cette longue promenade à vélo… hum, je crois que tu m’as décidé à la faire. ^^

    • Tant mieux :) C’est pour ton « dernier tour du Japon » dont tu parles dans ton dernier post? C’est triste, profites en bien :)
      Pour la nouvelle destination, d’après tes indices, je vote pour les philippines ^^ J’ai une amie là bas qui m’a dit qu’il y avait beaucoup de français qui venaient vivre là bas.

      • Oui, mais ce tour du Japon a déjà dû être raccourci, la faute à une montagne de paperasses pour partir et aussi pour passer en France (visa,…). >_<

        Non, ce n'est pas les Philippines. ;)

        • ah zut pas les Philippines, bon bah je verrai bien :) A proximité d’Okinawa, je vois plus que Taiwan ou la Chine alors. Dans tous les cas ça m’intéresse, comme j’ai l’intention de visiter un jour ou l’autre tous les pays d’Asie.

Laisser un commentaire