Seppuku, de Masaki Kobayashi

« Seppuku » est un film en noir et blanc réalisé par Masaki Kobayashi  en 1962. Le film aborde le sujet du suppuku, rituel qui permet à un samouraï de se suicider  avec honneur en s’ouvrant le ventre à l’aide d’un sabre court.

Hanshiro Tsugumo est ce que l’on appelle un ronin, c’est-à-dire un samouraï errant n’ayant plus de maître. Vivant dans la misère depuis plusieurs années, il décide de se rendre au château d’un seigneur d’Edo (ancien nom de Tokyo) et demande la permission de se faire seppuku en ce lieu.

On cherche alors dans un premier temps à le dissuader en lui racontant l’histoire d’un jeune homme qui avait fait la même demande quelques années auparavant. En réalité ce dernier, très pauvre, espérait par cet acte attirer la pitié et recevoir un peu d’argent. Mais le clan du seigneur a accepté sa demande, et il n’a eu d’autre choix que de s’éventrer avec son sabre en bois (Il avait vendu son vrai sabre pour vivre). Suite à cette histoire Tsugumo est nullement découragé et au contraire sa détermination de mourir semble plus forte que jamais.

Finalement sa demande est acceptée et la cérémonie commence. Mais avant de commettre l’acte, Tsugumo veut simplement raconter l’histoire de sa vie. On s’aperçoit alors que l’homme qui l’avait précédé quelques années plus tôt ne lui est pas totalement inconnu…

La réalisation de ce film est tout simplement magistrale, Kobayashi utilise ici une mise en scène éclatée à base de flash-backs. Ce n’est pas un simple film de sabre sans fond, Kobayashi nous expose un contexte historique difficile durant lequel de nombreux samouraïs se sont retrouvés déchus, de par le démantèlement de clans. Il nous démontre aussi l’absurdité du code d’honneur des samouraïs, appliqué seulement quand cela les arrange.

« Après tout, cette chose que vous appelez « Honneur du Samouraï » n’est finalement rien d’autre qu’une façade! »


Le film montre également jusqu’à quelles extrémités un homme désespéré est capable d’aller pour s’en sortir.

La prestation et le charisme de l’acteur principal qui incarne Tsugumo sont vraiment impressionnants. Charisme accentué par la voix grave et puissante de l’acteur. Ça va peut-être paraître étrange comme remarque mais l’acteur m’a rappelé un peu Jean Reno :)

En d’autres termes, je vous recommande grandement le film!

Laisser un commentaire