Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil

Après avoir lu un pavé de 900 pages de Kazuo Ishiguro, il faut bien le dire assez ennuyeux, j’avais besoin d’un retour aux sources. Le choix était évident, il me fallait lire un Haruki Murakami. Mon choix s’est alors porté sur « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil ».

Le livre raconte l’histoire d’un jeune garçon, Hajime, qui habite avec ses parents dans une petite ville paisible de province. Dans l’école qu’il fréquente, il se lie d’amitié avec Shimamoto-san, une jeune fille un peu solitaire, très jolie et souffrant d’un léger handicap physique (elle traine légèrement la jambe). Très vite il va tomber follement amoureux d’elle. Mais suite à un déménagement de ses parents, ils vont peu à peu perdre le contact.

Hajime poursuit alors sa vie, enchaînant les expériences et les conquêtes. Et à l’aube de la quarantaine, il est maintenant un homme marié, avec deux charmantes petites filles, un travail qui lui plaît (il est responsable de deux bars de jazz), et possède une vie que l’on pourrait qualifier de parfaite. Mais il sent qu’il lui manque quelque chose dans sa vie. Puis un jour arrive Shimamoto-san qui lui rend visite dans son bar, après toutes ces années…

Comme vous l’aurez sans doute compris, il s’agit d’un livre axé sur la passion amoureuse,  les choix d’une vie. Ce roman est assez inhabituel pour Haruki Murakami, puisqu’il n’y a pas du tout de fantastique (même s’il y a malgré tout une part de mystère), et qu’il est assez court (200 pages). Il s’agit néanmoins d’un très beau livre, passionnant. Il contient probablement une part autobiographique puisque Haruki Murakami a lui-même tenu un bar de jazz pendant huit ans.

En tout cas, une chose est sûre, on ressort de ce livre avec une folle envie d’en ouvrir un autre du même auteur!

Une réflexion au sujet de « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil »

  1. Ping : Tweets that mention Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil | Unagi desu! -- Topsy.com

Laisser un commentaire