Portrait d’Aya Matsuura

1214089177742-copie-1.jpeg

 Je vais m’intéresser dans cet article à la chanteuse Aya Matsūra, que ses fans surnomment affectueusement Ayaya, et essayer d’approfondir un peu la carrière et la vie de cette artiste. Avant toute chose, je tiens à dire que c’est pour moi la plus belle femme japonaise que je connaisse, rien que ça :)

Née à Himeji (ville célèbre grâce à son château « le héron blanc ») en juin 1986, c’est à l’âge de 14 ans (en 2000 donc) que la jeune Aya se fait remarquer en participant à une audition sous l’égide du groupe d’idols des Morning Musume. A cette époque là la popularité du groupe a littéralement explosé, et Aya au même titre que la plupart des jeunes filles de cet âge là, fait partie des nombreux fans de ce groupe. On va alors lui proposer de commencer directement sa carrière en tant que chanteuse solo. Et c’est donc ainsi qu’elle rejoint le Hello! Project (ensemble de groupes féminins de Jpop dont les chanteuses ont toutes été découvertes par le producteur Tsunku) .

En 2001 sort son premier single, « Dokki Doki! Love Mail« . La chanson rythmée, joyeuse, et avec un clip amusant trouve immédiatement son public et atteint la dixième place du classement des singles. Pas mal pour un premier single d’une jeune fille de 15 ans.

Deux mois plus tard sort un nouveau single « Tropical Koishiteru« , dans le même esprit que le précédent. et qui rencontre un succès similaire. Elle profite ensuite de l’été pour tourner dans un drama en 4 épisodes « Bishoujo Nikki ». Et trois mois plus tard arrive « Love Namida Iro« , un de ses plus gros succès à ce jour. On assiste à un petit changement de style dans le clip, où elle apparaît  un peu plus adulte et mature. La musique elle même sort de la gaieté des deux précédentes et nous entraîne dans des thèmes plutôt mélancoliques. C’est également dans ce clip qu’on y découvre sa fameuse mimique boudeuse.

En 2002 sort son premier album First Kiss, qui se classe directement deuxième du classement Oricon et y reste pendant 13 semaines. Sa célébrité et la sympathie qu’elle dégage auprès des japonais ne fait alors plus de doute, et c’est donc logiquement qu’elle va commencer à tourner dans des publicités pour la télévision.

pubs bords

Au cours de sa carrière elle tournera de nombreuses publicités, dont les plus marquantes sont celles pour les biscuits Pretz de GLICO ou le thé glacé Gogocha.

En 2002 toujours, un mois après la sortie de son premier album arrive un nouveau single, Momoiro Kataomoi, qui reste à ce jour son plus gros succès. En rupture avec les deux derniers singles plutôt tristes, cette chanson déborde de joie, et de dynamisme. Le clip est très coloré, un poil déjanté, et Ayaya y est plus kawai que jamais :)

Dans le même esprit suivent Yeah! Meccha Holiday, The Bigaku, Ne-e et Good Bye Natsuo, tous de grands succès qui mettent de bonne humeur.

On est alors en 2003, qui est pour moi un tournant dans sa carrière. Elle va alors changer de style en adoptant un ton plus adulte, avec des chansons plus mélancoliques et sans doutes plus personnelles. Sa voix y est aussi plus travaillée, mais malheureusement les ventes de ses singles vont chuter continuellement de single en single, jusqu’à atteindre des niveaux très faibles. (4000 ventes pour son dernier single en 2009)

C’est un paradoxe car certaines de ces chansons sont vraiment magnifiques, comme Suna wo Kamu you ni… Namida, Egao ou encore Kizuna. Mais malheureusement elle n’a pas réussi à entraîner son public avec elle ou à en conquérir un nouveau.

 Signalons qu’elle a aussi participé à de nombreux groupes éphémères dont le plus célèbre est son duo avec la chanteuse Miki Fujimoto en 2006 « Gam » qui lui a permis de revenir en deuxième position du classement Oricon. Le clip y est sans doute aussi pour beaucoup.

Même si le succès n’est plus vraiment au rendez-vous, Aya reste cependant encore aujourd’hui une personnalité très appréciée au Japon, et il n’est pas rare de la voir sur des plateaux télé ou de la voir chanter pour inaugurer des grands évènements nationaux.

tv3.jpg

retrouvez Aya sur son blog

6 réflexions au sujet de « Portrait d’Aya Matsuura »

  1. Je ne suis vraiment, mais alors vraiment pas fan de la Jmusic…trop attaché au rock n’ roll des années 70 occidental…Mais elle est la seule chanteuse de cette catégorie que j’arrive à vraiment apprécier (notamment depuis que j’ai découvert Chocolato damashii, un titre que j’aime beaucoup) Et effectivement, je suis bien d’accord c’est une jeune femme vraiment magnifique…elle a un regard malin plein de charme. Merci pour cet article instructif!

    • J’aime beaucoup aussi Chocolato Damashii, et pourtant c’est son single le moins bien vendu :( Sinon vis à vis de la JMusic, je me trompe peut-être mais à mon avis t’en as une mauvaise image (comme beaucoup de gens) à cause de groupes genre Visual-kei, qui misent tout sur le look et qui ne présentent pas un grand intérêt musicalement pour rester gentil. J’ai toujours écouté du rock depuis que je suis petit, et c’est aussi ce que j’ai pensé aussi au début. Et puis j’ai commencé à fouiller un peu, et il existe quand même de très bons groupes, et personnellement je trouve mon bonheur dans la musique japonaise. C’est vrai aussi que je me suis diversifié et que j’écoute plus seulement du rock. En tout cas si tu ne connais pas tu peux tester des groupes comme The Back Horn (mon groupe préferé), The Pillows, ou encore Sambomaster. Mais après je reconnais que l’offre de bons groupes de rock est beaucoup plus restreinte par rapport  aux Etats-Unis ou à l’Angleterre. Mais moi j’en ai fait une overdose justement, et le fait d’avoir du rock en langue japonaise, ça apporte une touche différente que j’aime bien.

  2. Merci pour ces groupes que j’irai découvrir! En fait le visual m’est presque totalement inconnu, hormis ce qu’on en voit sur nolife ou sur d’autres chaines dans des « reportages » sur la « culture » japonaise (pas toujours très documentés ou carrément clichés), dont je ne suis pas la cible idéale, et j’admire la diversité musicale au Japon (y compris dans les rues où l’on trouve beaucoup de groupes en représentation, dans les parcs où il est fréquent de croiser des trompetistes, des flutistes et autres guitaristes qui s’exercent sans peur de déranger leurs voisins etc… Mais comme la plupart des marchés musicaux extrêmements commerciaux (comme en Corée par exemple), la quantité de « déchets » est trop imposante pour moi. Mais il est certain que si je fouillais un peu, je trouverais beaucoup de choses qui me plaisent…Par exemple je suis très fan de Tsukiko Amano dont l’ensemble de l’oeuvre est très variée et inspirée… Mais elle reste très peu connue par le grand public nippon… J’aime beaucoup Kokia aussi…bref! je ne suis pas hermétique, juste pas franchement en demande. Je ne voulais pas insinuer que l’industrie musicale nippone n’a pas de bons éléments, bien entendu! Merci encore pour les tuyaux sur ces groupes!

    • « en fait le visual m’est presque totalement inconnu » Je te conseille de poursuivre dans cette voie, tu rates pas grand chose ^^ « je suis très fan de Tsukiko Amano dont l’ensemble de l’oeuvre est très variée et inspirée » ah je ne connais pas du tout, je vais écouter ça, peut être un prochain clip du lindi :) Kokia par contre je connais, j’aime bien certaines de ses chansons.  

  3. Très bon article oui, maintenant je pourrais me vanter de connaitre les dates :) Sinon, @Niwatori > Je pense que tu pourrais accrocher à Iida Kaori, elle est juste magnifique. Même si elle n’est pas comparable à Kokia, je pense que certaines de leurs musiques dégagent un bonheur semblable, enfin je te laisse un lien pour tes oreilles curieuses ;)   Et pour revenir à Ayaya, Melodies de Gam m’avait vraiment plut, c’est d’ailleurs la toute première musique du h!p que j’ai écouté, à l’époque ne connaissant même pas le h!p et très peu de j-music, et le clip n’y étais pas pour grand chose. Une musique entrainante qui ne recquiert pas une grande ouverture d’esprit (au contraire des Mini Moni par exemple :p) et tout simplement sympa. J’y ai d’ailleurs reconnu Ayaya et Mikitty seulement grâce à Nolife, un jour j’avais mis la chaine en tâche de fond dans mon salon et j’entends une musique que j’écoutais beaucoup plus jeune : Melodies de Gam. Et là je me suis dit : « purée mais c’est Ayaya et Mikitty ! purée mais je les connaissais déjà ! O_O »

    • merci :) De mon côté Melodies je l’ai entendu très tardivement et la première chanson qui m’a fait découvrir Aya est Dokki Doki! Love Mail (également sur Nolife). A l’époque j’ai vraiment fait un bloquage dessus et je l’ai écouté en boucle un bon moment ^^

Laisser un commentaire