Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie VI : le Hokoku-ji

P1030595

 Situé un peu à l’écart du centre de Kamakura se trouve le temple zen de Hokoku-ji. Pour le rejoindre il faut longer une rivière pleine de carpes Koï durant 20 bonnes minutes. Dommage qu’il y ait une route assez fréquenté tout le long… mais il est possible de traverser la rivière et de marcher sur l’autre rive, et là c’est beaucoup plus sympathique, on se retrouve dans une petite rue paisible.

Le temple d’Hokoku-ji est un temple qui date de la fin du shogunat de Kamakura (1334) et qui est célèbre pour sa magnifique forêt de bambous et son atmosphère tranquille. On peut également prendre part à une dégustation de thé vert.

P1030588.JPG

En entrant dans le temple. J’adore quand la mousse recouvre tout y compris les vieilles pierres.

P1030590.JPG

Peut-on faire plus kawai que ça? ^^

P1030593.JPG

P1030596.JPG

P1030617.JPG

Le bâtiment principal du temple, magnifié par ce cerisier en fleurs. Une statue de bouddha de 51cm se trouve à l’intérieur. Sur la gauche se trouve l’entrée pour la forêt de bambous.

P1030601.JPG

la fameuse forêt de bambous, avec le soleil qui peine à percer à travers ces chaumes (c’est le nom que l’on donne aux « troncs » des bambous) et feuillages.

bambous.jpg

Le bambou, plante miraculeuse?

« Il peut fixer 30% de plus de CO2 que les arbres feuillus, jusqu’à 12 tonnes de CO2/ha/an (3 tonnes pour une forêt de feuillus). Il libère donc 30% d’oxygène de plus que des arbres.. L’étroitesse de ses feuilles améliore l’infiltration de l’eau dans le sol (deux fois plus qu’une forêt de feuillus). Il limite l’érosion des sols (grâce à son réseau racinaire très dense sur 60 centimètres de profondeur) et restaure des sols appauvris. On l’utilise pour l’élimination de certaines toxines du sol (phyto-remédiation), et sa culture ne nécessite peu ou pas d’engrais, ni de produits phytosanitaires. »

P1030613.JPG

J’ai gardé cette photo pour montrer la pénombre qui règne au milieu de cette forêt de bambous

P1030612.JPG

tombes où sont enterrés quelques soldats parmi les milliers tombés lors d’une bataille acharnée en 1333 qui mit fin au shogunat de Kamakura.

P1030615.JPG

le Kashodo, bâtiment adjacent au bâtiment principal

P1030598.JPG

un dernier regard avant de partir…

P1030618.JPG

Et voilà pour ce temple qui vaut vraiment le coup d’oeil, et en plus de par son éloignement il n’y a presque personne.

 

2 réflexions au sujet de « Une journée (bien remplie) à Kamakura – Partie VI : le Hokoku-ji »

  1. Que c’est beau ! J’ai eu la chance de visiter ce lieu lors de mon 1er séjour au Japon, c’était en plein été, sous la forte chaleur d’un mois d’aout. Avec les cerisiers en fleur, c’est véritablement sublime. Bonne continuation pour le récit de ton voyage et pour ton blog.

Laisser un commentaire